© American Club 78 Western Loisir (ACWL78)- Tous droits réservés
Commune rurale du canton de Brienon/Armançon. 609 habitants, superficie de 1619 Ha
Extrait de Mama don’t let your babies par Charlie West
Entre   les   deux   guerres,   l'artisanat   disparaît   progressivement   et   le   commerce   se réduit   au   profit   des   communes   de   St   Florentin   et   Brienon.   En   1931,   il   n'y   avait   plus que   10   bûcherons,   un   médecin   au   lieu   de   3,   plus   de   marché   et   la   population   était tombée à 542 habitants. Après   1936,   les   gens   de   la   ville   utilisant   leurs   droits   aux   congés   payés   et   à   la retraite, reviennent au village. La   guerre   de   39   -45   vient   balayer   le   fragile   équilibre   retrouvé   après   1936.   Le   village proche   des   maquis   de   la   Forêt   d'Othe   connaît   ses   héros   et   ses   martyrs.   La   Guerre terminée, la production reprend rapidement. En   1955,   la   population   (moins   de   550   habitants)   reprend   une   progression   lente. L'activité   est   fortement   orientée   vers   les   céréales,   ces   dernières   étant   livrées   soit   à la coopérative soit aux marchands de grain. Enfin,   c'est   à   partir   de   1966   que   les   usines   de   produits   de   volailles   prêtes   à   cuire   (La Chaillotine   et   DUC)   connaissent   une   belle   réussite.   Le   nombre   d'emplois   sur   le   site de Chailley, à la fin des années 1990 représente près de 1000 salariés. Il   est   a   noter   que   d'autres   industries   s'implantent   sur   le   finage   ; Arts   et   Rangements, la    Tôlerie    d'Othe,    et    un    bon    nombre    d'artisans:    Café    restaurant,    boulangerie, boucherie,   maçon,   ferronnerie,   traitement   du   bois,   plomberie,   qui   participent   tous   à la vie économique de Chailley créant à ce jour plus d'emplois qu'il n'y a d'habitants. Sans   cette   activité   économique,   le   destin   de   Chailley   aurait   été   semblable   à   celui   de nombreux   villages   du   Pays   d'Othe   :   un   village   peuplé   seulement   de   résidences secondaires habitées par intermittence. Extraits    de    la    présentation    de    Michel    Quinard,    1er    Adjoint    au    Maire,    lors    de l'enregistrement   par   France   Bleu Auxerre   de   l'émission   "Dimanche   dans   l'Yonne"   du 23 octobre 2005 consacrée à Chailley et présentée par Yoann Kerpedron
Les   guerres   napoléoniennes   et   l'incendie   du   17   Avril   1840   (83   maisons   détruites-   200 personnes sinistrées) n'appellent pas l'optimisme. Enfin,   l'arrivée   du   progrès   de   1850   à   1914,   permet   une   nette   embellie   des   conditions   de vie.   Le   revers   de   la   médaille   est   qu'avec   l'arrivée   des   machines,   les   salaires   industriels favorisent   le   départ   des   hommes   vers   les   villes   ce   qui   accentue   le   dépeuplement   de notre   commune.   La   population   commence   à   régresser,   de   1078   habitants   en   1820   on passe à 874 en 1896. Les   prises   de   position   pour   la   laïcité   font   rage   et   les   querelles   de   clocher   sont   monnaie courantes. Nous   devons   à   cet   état   de   fait   la   construction   par   des   particuliers   de   la   petite   Chapelle de la Bonne Mort. La guerre de 1914 apporte la tourmente et désorganise la vie du village. Le   conseil   municipal   décrète   la   réquisition   des   biens   pour   alimenter   le   financement   de la guerre, au mieux des intérêts de chacun. La   guerre   finie,   on   sent   bien   que   rien   ne   sera   comme   avant   car   tout   incite   le   paysan   à devenir citadin (la perspective d'une retraite assurée, un revenu fixe). En   dépit   des   morts,   des   départs,   les   travaux   des   champs   reprennent   mais   la   production agricole   stagne.   L'élevage   subit   un   fort   recul   (-50   %),   seule   la   plantation   de   pommiers progresse et triple en 20 ans.
CHAILLEY, un peu d’histoire (Suite)